tam-wai-YEdn7rgSecY-unsplash

Donner sa chance à chaque enfant : l’État investit à Rennes.

Un enfant sur deux vit sous le seuil de pauvreté dans le quartier du Blosne. Pour aider chacun à grandir au mieux, l’État finance un ambitieux programme : la Cité Éducative. Mes explications en Conseil Municipal le 23 novembre 2020.

La Cité Éducative se fixe pour objectif de combattre les inégalités de destin en agissant à la racine par l’éducation et le soutien à la parentalité. Ce label vise à constituer une grande alliance éducative pour faire réussir chaque enfant dans les Quartiers Politiques de la Ville. Il associe pour son élaboration et sa mise en œuvre le Rectorat, la Préfecture et la Ville de Rennes.

Pour mémoire, le Blosne aujourd’hui c’est un peu plus de 17.000 habitants. 39% d’entre eux ont moins de 25 ans. Le taux de pauvreté est de 46,7%, alors qu’il s’élève à 12,7% dans le reste de l’agglomération. 60% des habitants du Blosne ont un niveau d’étude inférieur au baccalauréat. Et le taux de chômage atteint de près de 25%.

Pour répondre à ces défis, le programme Cité Éducative embarque tous les acteurs qui interviennent sur les temps scolaire, périscolaire et extrascolaire : acteurs éducatifs, associatifs, culturels, sportifs, familles. Afin de proposer un accompagnement au plus près des besoins des jeunes de 0 à 25 ans, depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle.

En 3 années, de 2020 à 2022, à raison de 350.000 annuels, c’est donc plus d’un million d’euros qui seront investis par l’État pour faire du Blosne un territoire éducatif à haute valeur ajoutée.

Sandrine CM

Le montant de l’enveloppe budgétaire et la méthodologie du programme Cité Éducative en font l’un des plus ambitieux qui soit en matière de politique envers les quartiers prioritaires.

Cette mesure vient s’ajouter à celles déjà déployées par l’État à destination des QPV, et dont le Blosne bénéficie. A savoir le dédoublement des classes de CP et de CE1 des écoles Guillevic, Torigné, Volga et Pascal Lafaye. Le lancement de la plateforme « mon stage de 3e » pour aider les collégiens des Hautes-Ourmes à décrocher un stage de qualité auprès d’un opérateur privé ou auprès des services de l’État. Et le déploiement des actions labellisées « quartiers d’été » pendant les vacances de juillet-août, puis des « quartiers d’automne » pour les vacances de la Toussaint, afin de permettre aux jeunes qui ne partent pas en vacances de profiter d’activités pédagogiques et ludiques.

Nous ne pouvons que nous réjouir de voir le quartier du Blosne, seul quartier de Bretagne qui compte un collège en REP+ (Réseau d’Éducation Prioritaire renforcé), bénéficier de cette politique éducative ambitieuse et nécessaire.

Partagez cet article

Partager sur twitter