Sandrine Caroff-Urfer

Docteure en Littérature et agrégée de Lettres Modernes, j’enseigne la langue et la littérature françaises à Rennes dans les sections postbac d’un gros lycée de la périphérie, en plein cœur de ce qu’on nomme pudiquement un QPV, Quartier Prioritaire de la Ville.
Chercheuse en littérature, spécialiste des XVIe et XVIIe siècles, je m’intéresse plus particulièrement à l’imaginaire héroïque, à l’éthique du discours de vérité, et à la figure de la femme de pouvoir.
Formatrice au Rectorat de Rennes, j’accompagne l’évolution des politiques publiques en matière de pédagogie et d’éducation, et je suis très attachée à la nécessaire transformation du métier d’enseignant.

Je suis venue au monde en Bretagne, au pied d’un talus épargné par le remembrement. J’ai été élevée en banlieue parisienne, au pied d’une barre d’immeubles.
Et j’ai grandi marquée par le destin de mes grands-mères qui, toutes deux nées non francophones, ont été coupées de leurs racines culturelles et linguistiques.
Ma grand-mère maternelle, exilée de l’intérieur: bretonne attachée au sol de terre battue de sa maison du Finistère, empêchée de transmettre son parler ancestral.
Ma grand-mère paternelle, exilée de l’extérieur: polonaise issue de la diaspora russe, polyglotte de talent, mais toujours honteuse de son accent slave quand elle parlait français.

Mère de trois filles aujourd’hui devenues grandes, je suis engagée dans la lutte contre les inégalités face au savoir et face à l’émancipation.
J’agis concrètement par mon investissement dans le monde associatif et politique.
Je suis conseillère municipale et métropolitaine à Rennes depuis juin 2020;
L’heureuse bénévole de la Maison des Citoyens de Rennes et sa métropole, qui œuvre pour l’inclusion des plus fragiles;
Et la très fière cofondatrice et Présidente du réseau Haut Les Vilaines !, un réseau de solidarité féminine qui accompagne les femmes de Rennes et sa région pour construire et accroître leur visibilité.

Sandrine Caroff-Urfer

Docteure en Littérature et agrégée de Lettres Modernes, j’enseigne la langue et la littérature françaises à Rennes dans les sections postbac d’un gros lycée de la périphérie, en plein coeur de ce qu’on nomme pudiquement un QPV, Quartier Prioritaire de la Ville.
Chercheuse en littérature, spécialiste des XVIe et XVIIe siècles, je m’intéresse plus particulièrement à l’imaginaire héroïque, à l’éthique du discours de vérité, et à la figure de la femme de pouvoir. Formatrice au Rectorat de Rennes, j’accompagne l’évolution des politiques publiques en matière de pédagogie et d’éducation, et je suis très attachée à la nécessaire évolution du métier d’enseignant.

Je suis venue au monde en Bretagne, au pied d’un talus épargné par le remembrement. J’ai été élevée en banlieue parisienne, au pied d’une barre d’immeubles.
Et j’ai grandi marquée par le destin de mes grands-mères qui, toutes deux nées non francophones, ont été coupées de leurs racines culturelles et linguistiques.
Ma grand-mère maternelle, exilée de l’intérieur : bretonne attachée au sol de terre battue de sa maison du Finistère, empêchée de transmettre son parler ancestral.
Ma grand-mère paternelle, exilée de l’extérieur : polonaise issue de la diaspora russe, polyglotte de talent, mais toujours honteuse de son accent slave quand elle parlait français.

Mère de trois filles aujourd’hui devenues grandes, je suis engagée dans la lutte contre les inégalités face au savoir et face à l’émancipation.
J’agis concrètement par mon investissement dans le monde associatif et politique.
Je suis conseillère municipale et métropolitaine à Rennes depuis juin 2020;
L’heureuse bénévole de la Maison des Citoyens de Rennes et sa métropole, qui œuvre pour l’inclusion des plus fragiles;
Et la très fière cofondatrice et Présidente du réseau Haut Les Vilaines !, un réseau de solidarité féminine qui accompagne les femmes de Rennes et sa région pour construire et accroître leur visibilité.

Articles récents

Débat d’école     •     Genre !     •     For intérieur     •     Rennes    •     Les plus lus

For intérieur

Confinement semaine 5.

Confinement semaine 5. Je vous écris de chez moi où j’entame la cinquième semaine de confinement. Je ne sais plus quel jour nous sommes, et plus très bien ce que j’ai fait hier. Je suis assise à mon bureau, le chat ronronne à mes pieds, les bruits de la maisonnée

Genre !

Le jour où j’ai cessé de croire que je n’étais pas féministe.

Le jour où j’ai cessé de croire que je n’étais pas féministe. La scène se passe dans une khâgne au début des années 90. Le professeur remet sa copie à mon voisin de classe : « Bravo ! Vous ferez un excellent philosophe. J’ai hâte de vous voir développer votre propre pensée. » Puis

Genre !

La ville est-elle faite pour les femmes ?

La ville est-elle faite pour les femmes ? Quelle drôle de question pour une citadine comme moi, grandie sur le bitume de la banlieue parisienne, et parfaitement à mon aise dans cet univers où j’ai toujours pensé avoir une place naturelle. Mais trois anecdotes, vécues à trois moments symboliques de

Genre !

Ces filles qui nous inspirent.

Ces filles qui nous inspirent. Mère de trois filles, tante de trois nièces, et enseignante depuis vingt ans, je suis entourée en permanence de grandes et de petites filles – mais existe-t-il vraiment des petites filles ? Elles sont pour moi une source inépuisable d’inspiration et souvent même d’admiration. J’aime